NANTES          RENNES         TOURS          TOULOUSE          LILLE

Le trou noir selon Vantablack

Temps de lecture : 2'0

Je m’abonne à la newsletter Tot’M

On a tendance à imaginer que les choses ne sont que ce qu’elles sont. Les couleurs notamment : un bleu est un bleu, un rouge est un rouge. Préparez-vous tout de même à voir les choses autrement.  En effet, voir un trou noir (ou presque) dans un musée est désormais possible.

Retrouvez tous les théâtres de Bordeaux dans le TOT’M GUIDE- THEATRE DES CHARTRONS

La création d’un « trou noir » par un laboratoire : le Vantablack

Le Vantablack (ou Vertically Aligned NanoTube Arrays) est une couleur pas comme les autres. En effet, le Vantablack est le noir le plus noir du monde. Alors qu’un noir standard renvoie environ 3 % de la lumière, le Vantablack, lui, n’en renvoie que 0,04 %. En regardant du noir Vantablack on a alors l’impression d’un vide absolu, d’une profondeur abyssale. 

Eh bien cette couleur très particulière est fabriquée en laboratoire. La lumière captée par les nanotubes qui la composent est piégée et absorbée par la matière. On compare souvent ce mécanisme à celui d’une forêt. La lumière est emprisonnée par les « arbres » de cette forêt. Si cette découverte du laboratoire britannique Surrey Nanosystems s’adresse en premier lieu à l’armée, ce n’est pas son seul champ d’application.

L’art du scandale : l’achat du Vantablack par Anish Kapoor 

Dans le monde de l’art, le noir Vantablack fait également du bruit. En effet, cette non-couleur a été achetée en février 2016 par un des artistes les plus riches du monde : Anish Kapoor. Ce plasticien britannique travaille fréquemment sur la profondeur, la perception et le vide. Il a obtenu un accord d’exclusivité commerciale pour le Vantablack avec le laboratoire Surrey Nanosystems. Anish Kapoor, peu partageur, est le seul artiste au monde à avoir le droit de créer une œuvre avec du Vantablack. C’est ainsi le premier artiste à posséder l’exclusivité sur un matériau artistique.

Vantablack VS Pigment Pink

Évidemment, une telle transaction a secoué le monde de l’art et pose la question de l’argent face à la liberté de créer. De nombreux artistes se sont opposés à cette exclusivité et le conflit ne s’arrête pas là. En novembre 2016, une nouvelle couleur est créée par l’artiste britannique Stuart Semple, le pigment Pink, rose le plus rose du monde. 

Cette couleur, tellement lumineuse qu’elle paraît fluorescente, est disponible pour tous…. sauf pour Anish Kapoor ! Pour s’en procurer il faut certifier ne pas être Anish Kapoor et ne pas chercher à lui transmettre le fameux pigment. L’artiste au centre des polémiques réussira tout de même à s’en procurer et le fera savoir à ses détracteurs par le biais de son compte instagram.

Le noir Vantablack: quel danger pour cette couleur créée en laboratoire ? 

Derrière le drame du Vantablack se pose tout de même une autre question. Le Vantablack est-il dangereux ? On est en droit de se demander si ces pigments sortis d’un film de science-fiction peuvent avoir des conséquences. Et l’on fait bien ! La version originale de ce produit doit être utilisée dans un état de fusion, c’est-à-dire à 550°C minimum… Donc non ! des maniques ne suffisent pas à le manipuler.

Pour l’heure, il n’y a pas d’étude sur la dangerosité d’un tel produit, indisponible pour le grand public pour le moment. Pour autant, on sait déjà qu’il peut provoquer des irritations des yeux et du système respiratoire.

Affaire à suivre…

Pour compléter cet article, n’hésitez pas à nous contacter